B ) Des retombées quelquefois dramatique

Bien que l'on crédite souvent le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, d'avoir évité tout mort à Paris, les événements ont toutefois causé, à l'échelle nationale, la mort directe de cinq personnes : le commissaire de police René Lacroix, écrasé par un camion à Lyon; le gréviste de 24 ans Pierre Beylot, ouvrier à l'usine Peugeot de Sochaux-Montbéliard (Doubs), tué de deux balles ; un autre gréviste de la même usine, Henri Blanchet, 49 ans, qui est déséquilibré par une grenade offensive, tombe d’un parapet et meurt le crâne fracturé ; ou encore le lycéen Gilles Tautin (17 ans), noyé dans la Seine après la poursuite par des CRS aux abords de l'usine de Flins (Yvelines) ainsi que Philippe Mathérion, 26 ans, dont on retrouve le corps au petit matin sur la
barricade de la rue des Écoles.

 

10 mai 1968. Une barricade de pavés entre la rue Gay-Lussac et la rue Saint-Jacques.

« L'agresseur n'est pas celui qui se révolte mais celui qui affirme »

Nanterre

Mai 68... Et après ? Cette célèbre photo, signée Henri Cartier-Bresson, résume à elle seule les événements de Mai 68 : un conflit entre la France des Trente Glorieuses, qui avait connu la Guerre, et la France qui rêvait de faire table rase du passé pour bâtir un monde différent... meilleur ?