A ) Un grand tournant de la culture française

A) Un grand tournant de la culture française


Mai 68, c'est la libération de la parole, des corps, l’émancipation des femmes... Les événements de 68 et la décennie qui a suivi ont été porteurs d’une véritable révolution des mœurs toujours à l’œuvre aujourd’hui.

Aux plans culturel, économique et social :

D'une manière générale Mai 68 sera la plus grande contestation de l'ordre existant. La singularité française sera le lien entre la contestation intellectuelle et le monde ouvrier. Mai 68 est une ouverture brutale de la culture française au dialogue social et médiatique, qui s'infiltrera dans tous les rouages de la société et de l'intimité familiale, et une étape importante de prise de conscience dela mondialisation de la société moderne (après les guerres mondiales) et de la remise en cause du modèle occidental de la « société de consommation ».

De nouvelles valeurs apparaissent. Elles sont notamment centrées autour de l'autonomie, la primauté de la réalisation personnelle, la créativité, la pluridisciplinarité et la valorisation de l'individu impliquant le refus des règles traditionnelles de la société et la remise en cause de l'autorité. La redéfinition de nouvelles règles se construit autour de l'idée d'autogestion et du communautarisme. Le concept d'autogestion sera concurrencé par celui de cogestion qui sera cher à Edgar Faure dans sa réforme de l'enseignement qui suivra et d'une manière générale très en vogue dans les organisations politiques inquiètes de cette évolution jugée « anarchique ».

On considère souvent la libération sexuelle comme l'un des grands thèmes de Mai 68. En réalité ce n'est que dans les années suivantes (1970 à 1975 essentiellement) que les débats sur les mœurs prendront place, corrélativement à l'arrivée des contraceptifs modernes. Le féminisme aussi se développe durant ces années, avec son mouvement le plus radical, le MLF (Mouvement de Libération des Femmes, leur première manifestation publique en 1970), et joue un grand rôle dans l'implosion du militantisme traditionnel au profit de thèmes féministes comme l'autorisation de l'avortement (1975), la remise en cause de la répartition des tâches dans le couple, et la « naissance sans violence ».

L’éducation :

L'influence de Mai 68 est manifeste dans la pédagogie scolaire en France. De disciple, l'élève devient un sujet pouvant intervenir dans la pédagogie dont il est l'objet, c'est la coéducation. La dimension de la parole libre, du débat, s'accroît. La discipline autoritaire fait place à la participation aux décisions. Les enseignants ont été parfois déstabilisés dans l'idée qu'ils se faisaient de leur métier. On critiquera ensuite cette évolution jugée souvent trop permissive. Elle a aussi été à l'origine de la participation des élèves et des parents aux conseils de classe et de la redéfinition des règlements scolaires dans les établissements dès juin 1968.

L’art :

Dans le contexte de l’après 1968, les jeunes artistes tirant parti des apports précédents redéfinissent les critères esthétiques, remettent en cause les valeurs artistiques, se dotent de la photographie, des installations, parfois doublées de l’art vidéo, tandis que s’affirme l’apport du féminisme. Bref, on passe dans l’art visuel, l’artiste devient plasticien. Même en nous en tenant aux années 1970, nous ne saurions tout énumérer. Exemple : Pop art et nouveau réalisme